L'esplanade du Temple de Jerusalem

L'esplanade du Temple, également appelée esplanade des Mosquée est, d'après la Bible, l'emplacement du Mont Moriah, ou eu lieu le sacrifice d'Isaac et ou le roi Salomon construisit le Temple de Jérusalem. Depuis l'époque d'Hérode, qui décida d'agrandir et d'embellir le deuxième Temple, la montagne est couverte par une immense plateforme surélevée, dont la superficie est de 150 000 m2. C'est le Mur Occidental de cette vaste plateforme qu'on appelle Mur des Lamentations ou plutôt: Kotel Maaravi. La plateforme abrite actuellement le Dôme du Rocher, la Mosquée El Aqsa et une foule de structures secondaires. Le Mont du Temple est le site le plus sacré dans le judaïsme; dans l'Islam il est considéré comme le troisième lieu saint après la Mecque et Médine. Il est également important dans le christianisme, car c'est pour s'y rendre que Jésus fit le voyage vers Jérusalem, la dernière semaine de sa vie. D'après la tradition juive, le Rocher qui se trouve sous le dôme en or, est aussi considéré comme la pierre de fondation du Monde: Even Hashtiya.

 

 

Selon le récit de la Bible, après la conquête de Jérusalem, David acheta le terrain pour la construction du Temple à Ervona, le Jébuséen.  Il y bâtit un autel, et y sacrifia une victime pour arrêter la peste qui avait frappée la nation. Au même endroit, son fils Salomon fit bâtir le Premier Temple pour le Dieu d'Israël (vers 967 avant notre ère), aidé dans cette tache par le roi de Tyr, Hiram, dont le nom est évoqué dans la Bible (I Rois, 7:13) : spécialiste du travail du bronze, « rempli de sagesse, d'intelligence et de connaissance », il s'occupa, à la demande de Salomon, de la décoration du Temple (« la maison de l'Éternel »). Il moula les deux colonnes avec leur chapiteau et dressa Yachin (colonne de droite) et Boaz (celle de gauche) près du vestibule du Temple. Il conçut également une « mer d'airain » (vasque circulaire) de dix coudées (4,5 m) qui reposait sur douze bœufs de bronze, des chaudrons et des calices. Ce Temple fut détruit en 586 avant notre ère, par Nabuchodonosor roi de Babylonie (d’où l'opéra Nabucho), qui détruisit la ville et le Temple et exila les enfants d'Israël en Babylonie.

70 ans plus tard, Cyrus, fondateur de l'empire perse, permis aux juifs de retourner dans le pays de leurs pères et d'y reconstruire le Temple. En  516avant notre ère le Second Temple fut donc construit, il était beaucoup plus petit, et plus modeste que le premier.

En  169 avant notre ère, le Temple est de nouveau au centre d'une révolte, cette fois ci contre les grecs et contre Antiochus IV qui pilla les trésors du Temple et y introduisit des idoles comme le dieu grec Zeus, et qui voulut forcer les juifs à offrir en sacrifice des porcs. Ces événements ont été la cause de l'éclatement de la révolte des Asmonéens, menée par Yehouda Macchabé, qui réussit à chasser les grecs, à purifier le Temple et à rallumer la Menora (miracle de Hanoucca).

En 63 avant notre ère,  Pompée conquit Jérusalem après un siège de trois mois. Pompée entra dans le Saint des Saints, mais personne ne le gênait, et il permit la poursuite du travail des prêtres sous la domination romaine.

C'est le roi Hérode (qui régna de 40 a 4 avant notre ère) qui élargi le Mont du Temple et lui donna la forme plate qui est clairement visible aujourd'hui. En utilisant les carrières de la région, il  construisit des voûtes et des murs de soutènement et il reconstruisit l'édifice du temple. Hérode a complètement changé la topographie de la zone du Mont du Temple. Avant lui, d'après la Mishna, le Mont du Temple était un carré, et ses dimensions de 500 X 500 Amma- coudées (250 sur 250 mètres). Aujourd'hui, la taille de l'esplanade est de 470 (côté est) à 488 mètres (côté ouest), sur 280 (côté sud) à 315 (côté nord) mètres. On disait a propos du Temple d'Hérode: "qui n'a pas vu de bâtiment du roi Hérode n'a rien vu de beau de sa vie".

Le deuxième Temple fut détruit en 70 par le général romain Titus, qui détruisit la ville de Jérusalem, incendia le Temple, et emmena ces trésors à Rome. Parmi ces trésors se trouvait la Menora en or, dont certain pensent encore qu'elle serait cachée dans les caves du Vatican.

Ici se termine l'histoire du Temple. L'esplanade resta en ruine jusqu'en 132, quand l'empereur Hadrien décida de reconstruire Jérusalem comme une ville romaine nommée Aelia Capitolina. Son intention était de construire sur le Mont du Temple, un Temple à Jupiter, mais les preuves historiques de la construction proprement dite de ce temple sont floues. C'est à ce moment là qu'eu lieue la révolte de Bar Kochva, dont le chef spirituel était Rabbi Aqiva.

Pendant toute la période byzantine, l'esplanade resta en ruine.

C'est après la conquête musulmane en 638, que les musulmans ont commencé à construire la Mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher, qui commémore le lieu ou Mahomet eu l'obligation pour les musulmans de prier cinq fois par jour. La première construction, celle d'Omar Ibn Al Khattabétait une construction succincte, en bois. C'est la dynastie des Omeyyades, et surtout Abd al Malik qui a fondée en 691 le Dôme du Rocher puis la mosquée El Aqsa. Les bâtiments ont été endommagés par différents tremblements de terres, mais n'ont jamais été totalement détruits. Les croisés, persuadés que le dôme du Rocher était le Temple du roi Salomon, et la mosquée el Aqsa son palais, ne détruisirent pas les bâtiments, et se contentèrent de remplacer les croissants par des croix. Puis, quandSaladin reconquit la ville, les croissants furent réinstallés. Les mamelouksfacilitèrent l'accès à l'esplanade en construisant plusieurs portes. Ils ajoutèrent également des écoles coraniques. Ce sont les Ottomans qui rénovèrent le Dôme du Rocher et y firent placer de magnifiques céramiques bleues, encore visibles aujourd'hui, et qui étaient la spécialité des artisans arméniens (voir céramiques d'Iznik).

Après la guerre de l'Indépendance, en 1948, le Mont du Temple, comme le reste de la Vieille Ville passe sous le contrôle de la Jordanie. Le contrôle pratique sur le Mont du Temple est laissé à la Waqf (sainteté musulmane). Le 20 Juillet 1951 Abdallah de Jordanie est assassiné lors d'une visite au Mont du Temple en face de son petit-fils Hussein, alors qu'il s'apprêtait à prier à la Mosquée Al Aqsa. L'assassinat a été réalisé par un groupe de Palestiniens radicaux, qui étaient en contact avec l'ancien mufti de Jérusalem Hadj Amin el Husseini.

Pendant la guerre des Six Jours, les parachutistes israéliens entrent dans la vieille ville par la porte des Lions, et continuent vers l'esplanade du Temple. La phrase de leur commandant, Mota Gur est restée gravée dans la mémoire des israéliens: "Har habait beyadenou", " le Mont du Temple est entre nos mains". On se souvient également de la photo des trois parachutistes émus en découvrant le Kotel pour la première fois, ainsi que du rabbin Goren sonnant du shoffar devant le Mur.

Aujourd'hui, le mont du Temple est encore considéré comme l'un des lieux les plus sensibles en Israël, que le gouvernement qualifie de "poudrière" politique. Tous les vendredis, les forces de police entourent les entrées à l'esplanade, afin de prévenir des perturbations de fidèles suite aux discours des Imams. L'esplanade est encore sous le contrôle de la Waqf qui depuis 2000, a interdit l'entrée à la mosquée el Aqsa et au Dôme du Rocher au non- musulmans. De plus, les horaires d'ouvertures pour les touristes sont très restreints, et l'esplanade est fermée les vendredis et samedis.

Le rabbinat israélien interdit la montée sur l'esplanade pour les fideles juifs à cause de problèmes halachiques (lois religieuses) concernant la pureté et l'impureté et également parce que nous ne savons pas exactement ou se trouvaient les limites du Temple et les zones dans lesquelles seule une partie infime du peuple juif avaient accès: dans le Saint des Saints, seul le grand prêtre pouvait entrer le jour de Kippour. Malgré cet interdit religieux, de plus en plus de juifs pratiquants montent sur l'esplanade, en respectant certaines règles très strictes: ils vont au miqvé (bain de purification) avant de monter, ils chaussent des chaussures qui ne sont pas en cuir, et ils font le tour de l'esplanade sans jamais aller vers le centre, ou se trouvaient les lieux Saints du Temple. Ces juifs religieux sont souvent vus comme des provocateurs par la waqf et par la police israélienne qui craint les émeutes sur l'esplanade, ils sont donc suivis par un policier et par un responsable de la waqf pour s'assurer qu'ils ne prononcent pas une prière, pas un verset biblique (monter sur l'esplanade avec une Bible est strictement interdit même pour les touristes chrétiens), pas un psaume, ils sont immédiatement mis dehors et interdits d'accès à l'esplanade s'ils désobéissent à ces ordres. Il y a deux mois, un groupe de soldats de l'armée israélienne a visité l'esplanade des mosquées, pour la première fois depuis Mota Gour, alors qu'ils étaient vêtus de leurs uniformes. Espérons que ce n'est que le début d'une plus grande tolérance et d'une plus grande liberté religieuse sur l'esplanade, et que d'ici peu, guider et prier sur ce lieu saint sera quelque chose de permit à tous ceux qui le souhaitent.

 

 

blog comments powered by Disqus